A l’approche des fêtes de fin d’années, il semble difficile pour de nombreuses familles de se projeter et de pouvoir planifier comment et où se passeront ces fêtes sur fond de pandémie.

Dans les familles dont les parents sont divorcés, il est très compliqué de pouvoir appliquer et respecter le droit de visite et d’hébergement en place, tout particulièrement dans le cadre international. L’organisation habituelle et les arrangements mis en place parfois avec grande difficulté, vont malheureusement devoir être remis en cause.

Les nouvelles vagues de COVID-19 dans de nombreux pays, les nouvelles phases de confinement mises en place récemment, les rumeurs d’extension à la période de fin d’année ainsi que les quarantaines obligatoires, sont des obstacles à cet exercice du droit de visite par les enfants à l’étranger par exemple. Ce droit de visite et d’hébergement se heurte non plus à des obstacles logistiques, mais à également à des préoccupations nouvelles, puisque ce droit peut devenir un risque pour la famille toute entière, une dépense non budgétée ou un éloignement de l’enfant plus longtemps que prévu, ou les trois à la fois.

Que doivent donc faire les parents divorcés dans de telles situations ?

Les deux parties doivent avant tout communiquer au sujet des réalités pratiques de ces visites durant cette période trouble. Plus facile à dire qu’à faire, mais si vous réussissez à garder à l’esprit que votre objectif commun reste l’interet de vos enfants, alors ce sera plus simple. N’oubliez jamais que les enfants observent la façon dont leurs parents gèrent les conflits et suivent ce modèle plus tard dans la vie.

Une communication en amont est essentielle. N’attendez pas la dernière minutes, que les billets aient été achetés pour discuter. Lorsque c’est possible, en fonction de leur âge ou de leur maturité, associez les enfants à la discussion.

Il vous faut être prêts à faire des compromis, à négocier avec l’autre parent, à échanger vos vacances pour permettre de rattraper le temps perdu, à prévoir des rencontres dans des endroits plus sûrs si possible, à utiliser Zoom de façon plus créative afin que tout le monde soit impliqué et que personne ne se sente exclu. Les enfants bénéficient au sein de leurs deux familles  d’amour et de soutien. Il faut à tout prix maintenir ces liens. Ceci est particulièrement important en cette période où nombreux sont ceux ou celles qui souffrent de l’isolement. Créer des souvenirs pour tous pendant cette période festive est un moyen de renouer les liens au sein d’une famille.

La nouvelle récente d’un vaccin efficace, nous donne désormais l’espoir d’un changement dans les modalités actuelles de gestion de la pandémie, et surtout celui de pouvoir bientôt revoyager à nouveau en toute sécurité.

A JC Legal nous vous souhaitons de bonnes fêtes de fin d’année.

This summary is for information purposes only. Its contents do not constitute legal advice and should not be regarded as a substitute for detailed advice in individual cases. Transmission of this information is not intended to create, and receipt does not constitute, a lawyer-client relationship between JC Legal and the user or browser. JC Legal is not responsible for any third-party content which can be accessed through the hyperlink provided in this summary.

CategoryCOVID-19, Family, France

© 2020 JC Legal. Developed by Varomatic.